Aller au contenu

Archive

Tag : François-Régis Lenoir

Démasquer – Comprendre – Mieux prévenir.

Cette conférence-débat, enregistrée le 31 janvier 2012 à Pouilly en Auxois, était organisée…

Cette conférence-débat, enregistrée le 31 janvier 2012 à Pouilly en Auxois, était organisée par la MSA Bourgogne, en partenariat avec le GAMEX et le GPSAS. Elle était animée par François Régis Lenoir, psychologue et exploitant agricole.
Diffusée en visioconférence dans 4 centres Sati du département : Baigneux-les-Juifs, Beaune, Châtillon-sur-Seine et Pontailler-sur-Saône, elle a permis à près de 150 participants, sur place et à distance, de poser leurs questions suite à l’intervention de M. Lenoir et apporter leurs témoignages.

Dans un contexte de fortes évolutions de la société, cette conférence est le point de départ d’une action d’informations, de sensibilisation, de mobilisation de la population agricole et du monde rural autour de situations de mal être. L’objectif étant de convaincre de l’intérêt de ne pas rester isolé en cas de difficultés, de réfléchir ensemble à la mise en oeuvre d’actions qui favorisent la création de liens au sein des villages, et replace l’humain au centre de nos préoccupations.

News & Information
Business, Finance, Politics
Jan 24

admin | Uncategorized, economic, features, international, online | 01 24th, 2011 |
Forgotten dramas. Last April, the father of Clement, a farmer near Bergerac in the Dordogne hanged himself in his garage because he could no longer cope with financial problems. « I’m sorry for what I do but I can not anymore. Take care of the land and animals. Continuing what I did. Goodbye, « he wrote to his son before committing the irreversible. A week before this act, the bank had rejected a check for 1500 euros to buy diesel and rolling his tractor for his seedlings. An evil act and humiliating experience for the man who operated his farm for 40 years. This testimony presents the front of the stage but the sensitive issue of suicide still relevant in farmers. It is part of a long report made last fall by Harry Roselmack, titled With the resistance of the peasantry.It will be released this late Tuesday night on TF1. continuer la lecture…

Des représentants des 210 CUMAS sarthoises se sont retrouvés jeudi 9 février 2012 pour l’assemblée générale de la section départementales, avec l’envie de mettre l’humain au centre des projets des groupements.

Faire face ensemble

Les CUMAS ne sont pas qu’un moyen d’acquérir des équipements. En invitant le docteur en psychologie sociale François-Régis Lenoir, la section sarthoise de l’union des CUMAS a voulu insister sur les enjeux humains des groupes. On y échange, on y construit. Le groupe permet à l’individu de ne pas se trouver seul face à la société, l’économie, et un monde de plus en plus complexe et changeant. D’autant qu’on constate de plus en plus d’isolement dans le monde agricole -diminution des nombres d’exploitation, diminution du nombres de conjints exploitant, isolement de certaines zone rurales, image dévalorisée du métier, ou même de certain type d’agriculteurs au sein du monde rural, diminution de l’entraide, ou encore solitude de l’agriculteur face aux surcharges de travail… « Les agriculteurs fondent leur histoire sur des luttes pour leur indépendance, mail il est parfois nécessaire de dépasser cette volonté d’indépendance pour avancer vers des objectifs communs », a conseillé François-Régis Lenoir, « le fait de cultiver cette indépendance peut être risqué pour la personne, qui s’isole ».

Selon ce psychologue du travail, l’équilibre d’un individu et sa capacité à résister aux soubresauts de la vie repose sur 4 pôles: Le cadre familial, le cadre professionnel, la vie sociale, et l’espace personnel. Les agriculteurs placent en général le sphère professionnelle au centre de tout. Elle se confond avec leur identité personnelle, voir sociale, et familial. « Une grande majorité des agriculteurs voient l’intérêt des s’associer mais la peur de ne pas y arriver, la peur d’être incompétent, la peur d’être contrôlé ou de s’exposer au autres nous retient » a conclu Francois-Régis Lenoir,  »il est nécessaire de trouver de nouvelles méthodes pour se connaitre et travailler ensemble ».

Mardi, l’espace patriarche de Pouilly-en-Auxois a fait le plein pour une conférence-débat sur le stress en milieu agricole. Les faits sont là : en milieu rural, c’est un vrai et grave problème.

Le milieu rural, qui doit aussi faire face aux fortes évolutions de la société, est concerné par ce mal-être qui touche toutes les couches sociales. Mais à la ferme, les conséquences sont souvent plus difficiles et plus douloureuses, parfois tragiques. François-Régis Lenoir, psychologue et paysan ardennais, était mardi l’invité de la MSA Bourgogne à Pouilly-en-Auxois. Il devait débattre de la problématique du stress en milieu agricole. Preuve que le sujet inquiète : dans la salle, plus de cent trente exploitants agricoles étaient réunis. La conférence était également visible en direct, par vidéotransmission dans quatre autres villes du département. La volonté de tous les participants ? Mieux démasquer le stress, mieux le comprendre et surtout mieux le prévenir.

Une souffrance solitaire

L’inégalité économique, l’accélération du changement, les différentes politiques agricoles, l’isolement et l’absence d’entraide sont quelques-uns des facteurs aggravants les risques psychosociaux (RPS) définis par l’intervenant. « L’image de la profession a bien changé. De nourricier à pollueur, le métier est devenu subventionné. Il est dévalorisé », explique François-Régis Le noir. Les décompensations, l’alcool, la violence, un comportement asocial ne sont pas rares. Les travailleurs deviennent pénibles à vivre. L’impact sur la santé des agriculteurs est indéniable. Des conséquences physiques comme l’insomnie, les troubles alimentaires ou cardio-vasculaires apparaissent mais aussi psychiques avec un état dépressif, une frustration, une baisse de la libido. Elles sont accentuées par un repli et des difficultés relationnelles. « La sphère professionnelle mange tout, ne laissant plus de place à la vie familiale et sociale. Il y a une vraie confusion entre l’identité professionnelle et l’identité personnelle. Comment survivre si le travail ne va plus, si les autres sphères sont atrophiées ? Ce déséquilibre peut mener au risque suicidaire », confirme le psychologue.

Des solutions existent

Focalisé sur sa seule exploitation, bien souvent en situation de survie, l’exploitant doit briser cette spirale négative infernale, s’ouvrir et évoluer. « Et même si, les paysans ne sont pas formés à travailler ensemble, les solutions existent. Elles passent par la prévention et la réorganisation de la profession », suggère-t-il avant de prescrire quelques conseils aux professionnels de la terre. « D’abord, évaluer ce qui est maîtrisé. Ensuite, ne pas se faire de mauvais sang avec ce qui n’est pas contrôlable, comme la météo ou le prix mondial du blé. Conserver une vie avec plusieurs sphères, se préserver, prendre soin de soi, de ceux qu’on aime. Et surtout, ne pas s’isoler : chercher du soutien, développer du lien social, s’engager ». Pour lutter contre le stress, il faut donc penser pluridisciplinaire, avec une réponse économique, médicale, sociologique. Mais surtout, il faut de la solidarité, réactiver les systèmes de veille pour ceux qui n’y arrivent pas, proposer des formations continues et des soutiens psychologiques. « Le savoir-être doit prendre le pas sur le savoir-faire. Il faut remettre l’humain au centre de nos préoccupations » conclut François-Régis Lenoir, dont la parole, mardi, a été très écoutée.

L’assemblée annuelle du BTPL aura lieu le jeudi 24 novembre 2011 à la Maison du lait (Paris).
Le thème de cette année «  Pourquoi et comment mieux faire ensemble ?  » sera abordé lors d’un débat entre :
  • M. LENOIR, agriculteur et docteur en psychologie
  • M. Damien LACOMBE, secrétaire général de la FNCL
  • M. Florent BOUVARD, administrateur de la FNCUMA
Les résultats €COLAIT et EDF seront également présentés, ainsi que les résultats d’une étude sur la production de volumes additionnels après 2015.
Assemblée Annuelle 2011

Le stress des agriculteurs

François-Régis Lenoir étudie le stress dans le monde agricole. Et il sait de quoi il parle, puisqu’il est à la fois psychologue et à la tête d’une exploitation. Rencontre. continuer la lecture…

François-Régis Lenoir, Puzzle Concept a participé à une table ronde organisée par la société Saint-Vincent-de-Paul sur le thème « pas de solitude dans une France fraternelle » le 31 mars. Bruno le Maire a annoncé un plan de lutte contre le suicide en agriculture. Mise en œuvre par la Mutualité sociale agricole (MSA), ce plan de lutte en trois volets établira d’abord des « données fiables sur le suicide des agriculteurs, en croisant les données des certificats de décès avec les données administratives de la MSA ». continuer la lecture…